Par -

geLe groupe Alstom qui est accusé corruption est prêt à négocier avec le ministère de la Justice, mais le paiement sera fait par GE.

Alstom aurait conclu un accord avec la justice américaine pour mettre fin à l’enquête pour corruption qui le vise outre-Atlantique. D’après l’agence Bloomberg, le groupe français serait d’accord de payer une amende de 700 millions de dollars, soit 559 millions d’euros. Elle passerait au-dessus des 450 millions de dollars payés par Siemens en 2008 outre-Atlantique, également pour corruption.

Les actionnaires attendus sur la vente du département énergie

Alstom et General Electric (GE) n’ont pas voulu s’expliquer l’information, qui devrait, d’après Bloomberg, être annoncée de façon officielle la semaine prochaine, soit après l’assemblée générale qui se tiendra ce vendredi pendant laquelle les actionnaires vont se prononcer sur la vente du département énergie à GE. D’après les informations en notre possession, il s’agirait en fait d’un préaccord négocié par Keith Carr, directeur juridique d’Alstom, et l’avocat américain du groupe, Robert Luskin, et ceux de General Electric.

En effet, si l’acquisition n’a pas encore été faite, les avocats de GE auraient joué un rôle important, car en intervenant, ils auraient permis de faire réduire le montant contre une promesse de mettre en application le code de bonne conduite du groupe américain chez le français. L’accord ne devait cependant être dévoilé qu’après la concrétisation de l’opération pour que l’amende ne soit pas vue comme un élément qui aurait avantagé les américains plutôt que Siemens-Mitsubishi.

GE supportera la transaction

Différemment de ses adversaires, General Electric a promit de prendre en charge tout risque juridique de la transaction, ainsi que cette amende presque vraie. Siemens, est conscient du prix à payer dans ce genre d’affaire car condamné aux États-Unis et en Allemagne, le groupe avait même dû virer son PDG.

D’après les documents rendus publics sur le site Internet du département de la Justice, les autorités américaines mènent une enquête sur les pratiques commerciales utilisées par Alstom en Indonésie. Par rapport au Foreign Corrupt Practices Act (FCPA), les juges peuvent aussi contrôler les contrats signés sur ou hors du territoire américain par des entreprises reliée avec les États-Unis.