Par -

Au CES, la voiture communicante est en vogue. Volkswagen pense le monospace électrique de 2019, continuellement connecté aux objets qui nous entourent.

Quand une Volkswagen se dévoile avec un nez aplati et une grande calandre en pointe, on s’attend toujours à la résurrection du Combi originel, le célèbre Type 2 surnommé Bulli en Allemagne et dont les plus beaux modèles survivants coûtent désormais cher.

Comme il adopte une allure taillée à la serpe avec un arrière presque vertical rappelant le concept Volkswagen Bulli dévoilé en 2011, l’analyse Volkswagen BUDD-e n’échappe pas à la tradition. Mais on remarque que ressemblance avec le Combi des temps illustres dans sa forme ultra moderne, marquée par des gimmicks du nouveau style Volkswagen inauguré par le Tiguan depuis plusieurs semaines. Sans évoquer la rupture entre le plan du pare-brise et de la calandre imprimée par une suspicion de capot qu’on ne voyait pas sur Type 2.

Cependant, le plus marquant dans cette analyse se trouve à l’intérieur, comme on le voit souvent au CES de Las Vegas.

Obstinément futuriste, le Volkswagen BUDD-e abandonne l’inévitable et mondiale plate forme MQB sur laquelle sont basées déjà de nombreux modèles du Groupe pour maximaliser l’implantation de la batterie d’accumulateurs de courant qui alimentent son couple de moteurs électriques (100 kw et 125 kW). Volkswagen évoque une architecture MEB.

Les 92,4 kWh placés ainsi au centre du plancher devraient accepter une autonomie maximale de 500 kilomètres sur le cycle européen NEDC. Et comme l’avenir doit toujours être vu rose et étincelant, Volkswagen pense qu’il sera facile d’accéder aux chargeurs rapides avec : 150 kW qui seront suffisants pour charger la batterie à 80 %.

L’avenir ressemblera à une grande bulle connectée, l’automobiliste ne sera plus obligé de se distinguer à cet égard du piéton. Comme plusieurs autres constructeurs, Volkswagen s’est assuré qu’un trajet en automobile ne pourra versifier encore longtemps avec une isolation totale.