Par -

Après le directeur de la banque d’Angleterre c’est au tour de la directrice générale du FMI de monter au créneau à propos du Brexit. En votant pour la sortie de l’Union européenne, le Royaume-Uni pourrait faire face à une récession technique.

Christine Lagarde a indiqué que si le référendum sur la sortie de l’Angleterre qui se tiendra le 23 juin, se soldait par un « oui » massif, cela représentera un risque.

« Il ne s’agit pas d’une affaire nationale, mais internationale », a-t-elle conclu concernant les retombées d’un certain Brexit.

Dans son rapport, l’organisme financier a indiqué que le PIB de l’Angleterre pourrait chuter entre 1,5 % et 9,5 % en cas de Brexit.

« Des coûts durables »

Au cas où les anglais se maintenaient dans le giron européen, la croissance du pays, pourrait par contre connaître un essor meilleur et passer 2% actuellement à 2,2 ou 2,3% sur le moyen terme a indiqué le FMI.

Christine Lagarde a expliqué par ailleurs qu’en votant pour la sortie pourrait faire réagir négativement le marché à court terme. Ce qui pourrait créer des coûts durables.

Toutefois, elle explique que les experts du FMI avaient travailler en épluchant les conséquences qui pourraient découdre d’un Brexit.