Par -

rouCarlos Ghosn PDG de Renault a annoncé que Nissan et son associé Renault sont forcés revoir à la hausse les prix de certains de leurs modèles en Russie pour remédier à l’instabilité du rouble.

La chute du rouble pousse les constructeurs automobiles, obligés d’augmenter les prix de certains de leurs modèles tandis que la demande baisse. Dans cette situation, le PDG de Nissan Motor, Carlos Ghosn, a déclaré que son groupe et son partenaire français Renault ont suspendu les commandes de certains modèles en Russie et qu’ils pourraient augmenter leurs prix sur d’autres si le rouble poursuit sa chute.

Suspension des commandes

Carlos Ghosn, depuis le siège de Nissan à Yokohama, a ajouté que le blocage des commandes était réduit à certains modèles et que la livraison des modèles déjà commandés serait effective. « Tant que la situation ne sera pas rétablie, nous ne prendrons pas de nouvelles commandes », a-t-il déclaré.

Jeudi, General Motors avait annoncé qu’elle suspendait la livraison de ses véhicules aux concessionnaires russes à cause de l’instabilité du rouble sur le marché des changes.

De son côté Nissan a déjà revu à la hausse de 5 à 8 % ses prix sur la moitié des modèles vendus en Russie. D’après Carlos Ghosn, le constructeur automobile japonais a augmenté ses tarifs sur les modèles qui utilisent beaucoup de constituants importés. La Russie est le cinquième marché de Nissan, qui s’est associé avec Renault et Avtovaz, le premier constructeur automobile russe. Selon Carlos Ghosn, les trois constructeurs gagnent actuellement des parts de marché en Russie et ils comptent augmenter cette part à 40% contre 35% aujourd’hui.

« Un bain de sang pour tout le monde »

Le PDG de Renault-Nissan déclaré que le marché russe allait se stabiliser. « Pour l’instant le marché est en baisse. C’est une mauvaise nouvelle pour tout le monde », a-t-il ajouté. « Quand le rouble chute, c’est un bain de sang pour tout le monde, les gens perdent de l’argent, tous les constructeurs automobiles perdent enregistrent des pertes ». Rappelons que le rouble a perdu près de la moitié de sa valeur face au dollar depuis le début de l’année.