Par -

Le nouveau Président de l’UMP a payé la pénalité pour ses excès de campagne lors des élections présidentielles 2012. Une pénalité que l’UMP avait déjà payée.

laLa Commission nationale des comptes de campagne avait sommé l’ancien chef d’Etat à payer au Trésor public une pénalité proportionnelle au montant dépassé de sa campagne soit 363 615 euros. D’après les informations délivrées par Europe 1, Nicolas Sarkozy a payé sa dette de sa propre poche ce montant à l’UMP. Il a remis un chèque de cette somme au trésorier de sa formation politique.

Dans une lettre datant du 1er décembre qui sera publiée dans les jours à venir, Nicolas Sarkozy avance les raisons de cette décision. « J’ai pris la décision d’assumer de façon personnelle la charge financière de cette pénalité en vous envoyant un chèque d’un montant égal à 363.315 euros, qui protège le parti politique que je dirige contre toutes contestations » écrit l’ex président au trésorier de l’UMP, Jacques Laisne.

L’affaire commence en décembre 2012.

Mais un retour en arrière vous rafraichira la mémoire. Nous sommes en décembre 2012, quand la Commission des comptes de campagne refuse ceux remis par Nicolas Sarkozy. La raison évoquée, est que le président à ce moment candidat avait dépassé le plafond autorisé. Une décision que le Conseil constitutionnel avait confirmée en juillet 2013. L’ex chef d’Etat devait donc rembourser au Trésor public une avance forfaitaire de 153 000 euros qui lui avait été donnée.

Nicolas Sarkozy a été aussi sommé de rembourser 363.615 euros en plus, une somme qui correspond au montant du dépassement. Ce dépassement lui aura donc couté plus de 500.000 euros. Depuis son retour, le tout nouveau Président de l’UMP, multiplie des sorties médiatiques pour crédibiliser le parti qu’il dirige à nouveau. Prônant le rassemblement, Nicolas Sarkozy veut changer l’image de son parti et règle donc tous ses comptes et met son parti à l’abri.