Par -

Joseph Blatter et Michel Platini ont été écopé d’une suspension de 8 ans chacun de toute activité liée au football, d’après la justice interne de l’instance du football, Fifa, ce lundi dans son verdict comptant pour l’affaire du paiement discuté de 1,8 million d’euros relatifs aux deux dirigeants.

La sentence est tombée pour les deux dirigeants du monde footballistique à savoir : Joseph Blatter, président de la Fifa depuis 1998, et Michel Platini, président de l’UEFA depuis 2007, ont été interdits 8 ans de toute activité liée au football suite au paiement disputé de 1,8 million d’euros qui les concerne. Le tribunal interne de la Fifa, n’a retenu aucune charge de corruption contre les deux hommes, qui les considèrent coupables par contre d' »abus de position », de « conflit d’intérêt » et de « gestion déloyale ». Platini doit par ailleurs payer une amende de 80.000 francs suisses (74.000 euros) dépassant celle de Blatter, 50.000 francs suisses (46.295 euros).

Joseph Blatter, qui juge avoir été utilisé comme « punching ball », a expliqué qu’il allait se servir de tous les moyens d’appel, et devant la justice civile, pour contredire la suspension de 8 ans que lui a prescrite lundi la justice interne de la Fifa. « Nous allons faire appel devant la commission de recours puis devant le Tribunal arbitral du sport puis devant la justice suisse », a lancé M. Blatter lors d’une conférence de presse, en se disant « attristé pour le football et pour la Fifa ».

Michel Platini, président de l’UEFA interdit de 8 ans à toute fonction relative au football, a qualifié la sentence lundi d’ »une véritable mascarade », « mise en scène » pour le « salir » par des instances auxquelles il ne reconnaît aucune  » légitimité et crédibilité », d’après un communiqué. « Simultanément à la saisine du Tribunal arbitral du sport (TAS), je suis déterminé à saisir, le moment venu, la justice civile pour obtenir réparation de l’intégralité du préjudice que je subis depuis de trop longues semaines du fait de cette procédure. J’irai jusqu’au bout dans cette démarche », poursuit le n°10 français.