Par -

Icône incontestée dans l’univers entrepreneurial et politique suisse, ce leader a su en peu de temps impacter son environnement.

Son parcours professionnel

Né le 15 janvier 1975, il est marié et père d’une fille. Un citoyen ordinaire ? Pas tout à fait. L’homme bat en effet un record de précocité en mettant sur pied sa première société à 18 ans seulement. Spécialisé en informatique, il reçoit une formation solide à l’Ecole d’Ingénieurs de Saint-Imier d’où il sort bardé de diplômes et de compétences. Son domaine de prédilection est la technologie et il ne tarde pas à étendre ses activités. Aujourd’hui, il est à la tête du célèbre groupe RG à Corcelles et propose essentiellement des accessoires électroniques de loisir. Environ une dizaine de sociétés figurent à son actif d’homme d’affaires dynamique.

Sa vie politique

Courant 2012, il crée la section neuchâteloise des Vert’libéraux dont il est le président. S’inscrivant en faux contre les traditionnelles rivalités entre gauche et droite, le politicien iconoclaste attire très tôt la sympathie des partisans. Ils lui accordent donc leur confiance et il devient député du Grand Conseil. Hyperactif, il hisse son parti vers le sommet et l’on ne tarde pas à lui prédire les plus hautes fonctions fédérales.

Sa fin de carrière précoce

La nouvelle a fait l’effet d’une bombe. Prenant tout le monde de court, Raphael Grandjean annonce qu’il met un terme à sa jeune carrière qui n’aura duré qu’un peu plus de 3 ans. Evoquant des alertes de santé, il préfère se consacrer entièrement à ses entreprises et à sa vie familiale. Autant dire qu’il fait des orphelins politiques inconsolables, lui qui briguait la succession d’Yvan Perrin au Conseil d’Etat. Beaucoup espèrent déjà son retour en politique. Pour en savoir plus sur cette personnalité, cliquez ici: http://www.rtn.ch/rtn/Actualite/Region/20150506-Raphael-Grandjean-demissionne.html.