Par -

Renaud Laplanche vient de signer l’une des introductions les plus importantes en Bourse de l’histoire du web avec l’entreprise Lending Club.

upJeudi 11 décembre, l’introduction en Bourse de Lending­Club a donné l’occasion à la société de Renaud Laplanche de lever 870 millions de dollars et d’être valorisé à 5,4 milliards de dollars. Dépassant ses premiers objectifs (180 millions de dollars levés et 4 milliards de valorisation).

Mais cette réussite n’a rien changé au comportement des dirigeants de l’entreprise. Au contraire. Depuis la salle d’attente, on voit à via une grande vitre une réunion du PDG avec son équipe s’exprimant calmement et écoutant de façon attentive ses collaborateurs, laissant chacun prendre la parole à tours de rôle. Renaud Laplanche est différent de Steve Jobs.

Une introduction importante..

Cependant, il ne faut pas négliger ce fils d’épicier d’Hyères. L’introduction en Bourse de LendingClub est l’une des dix plus importantes de l’histoire d’Internet, et l’unique de cette taille avec un PDG français. En fait, elle a pour rôle de permettre aux particuliers et aux fonds d’investissement de prêter de l’argent directement, sans passer par une banque. Sur le site, le prêteur choisit un prêt allant de 1.000 à 35.000 dollars avec un taux d’intérêt qui varie suivant le risque, évalué grâce à un algorithme.

« Rien d’étranger là-dedans, indique le PDG. Le modèle dispose de 180 critères, dont le score FICO », qui note la solvabilité de chaque Américain. Le taux d’intérêt moyen est de 14%, très en dessous de ce que facturent les banques pour les soldes débiteurs de cartes de crédit. C’est d’ailleurs cette faille qui lui a donné l’idée de créer le Lending­Club : « C’était à l’été 2006, juste après avoir démissionné d’Oracle, à qui j’avais revendu ma première société de logiciels.

Une idée venue lors des vacances

Comme j’étais en vacances, j’ai lu mon relevé bancaire, ce que je ne fais rarement. J’ai découvert que si je reportais le solde de ma carte de crédit sur le mois suivant, je devrais payer un taux d’intérêt de 18 %. Le même jour, j’ai regardé notre relevé de compte d’épargne : la rémunération était de moins de 1%. Cela a fait déclic. »

LendingClub est simplement une plateforme qui donne la possibilité aux créditeurs et débiteurs de faire affaire, retirant au passage une modeste commission. « En compensation, le retour sur investissement est très clair, entre 5 et 9% depuis que nous avons commencé », poursuit le PDG. En clair, le prêteur échange une garantie contractuelle de remboursement contre une estimation compliquée, constamment améliorée, de la probabilité d’être remboursé.