Par -

strLa Bourse de New York devrait se stabilisé après l’importante baisse de la veille. La revue à la hausse des taux directeurs de la Réserve fédérale dans l’année 2015 pourrait se confirmer.

Les marchés d’actions américains devraient ouvrir en légère hausse ce jeudi. Les futures sur Standard & Poor’s 500 et sur Nasdaq 100 évoluent en effet de façon respective de 0,44 % et de 0,32 %.

La veille, Wall Street a clôturé en nette baisse sur des prévisions réitérées de relèvement des taux directeurs de la Réserve fédérale au cours de 2015. Malgré les résultats satisfaisants d’Apple et de Boeing, les opérateurs ont noté les discours optimistes de la Fed portant sur l’économie américaine, ce qui montre qu’il est probable qu’un raffermissement monétaire soit fait.

Le Dow Jones a ainsi enregistré une perte de 1,13 %, le Standard & Poor’s 500, plus large, 1,35 % et le Nasdaq Composite 0,93 %. Après une réunion de son comité de politique monétaire qui a duré deux jours, la Fed a répété qu’elle adopterait serait «patiente» pour effectuer un premier relèvement de taux, tout en confirmant que la croissance demeurait «solide» aux États-Unis alors qu’ailleurs dans le monde l’économie est perturbée.

Dans cette situation, le marché va demeurer attentif aux demandes hebdomadaires d’allocations chômage aux États-Unis, avant une première évaluation de la croissance dans le pays lors du quatrième trimestre vendredi. Pour l’instant, les investisseurs vont contrôler les résultats d’entreprises.

Les valeurs à suivre

Alibaba le leader chinois de la vente sur internet a réalisé un bénéfice net de 964 millions de dollars, en baisse de 28% sur un an mais dépassant largement les attentes du marché. Bousculé par une concurrence, McDonald’s a annoncé hier dans la soirée qu’il se séparait de son directeur général Don Thompson, 51 ans, et a aussitôt désigné son remplaçant au nom de Steve Easterbrook, directeur de la gestion de la marque.

Cnova, un succursale e-commerce appartenant au groupe Casino qui est dernièrement entrée en Bourse de New York et de Paris, a déclaré jeudi avoir enregistré plus que du double de ses pertes en 2014 suite notamment à frais financiers importants. Le groupe, touché par 76 millions d’euros de frais financiers, a connu l’an passé une perte nette de 54 millions d’euros, contre 23 millions un an avant.